Interview avec Clara Luciani : « J’aime ce qui représente une hyper sensibilité »

Il y a quelques semaines, nous avons rencontré Clara Luciani lors du Fnac Live festival à Paris. Avant de monter sur scène, l’artiste nous a livré quelques mots. Nous avons pu en apprendre un peu plus sur cette jeune femme au coeur brûlant.

À quel moment as-tu fait de la musique pour la première fois ?

Je n’ai pas de souvenir précis du commencement. Mon père joue beaucoup de basse et de guitare, il y a toujours eu des instruments partout chez nous. J’ai toujours chanté et joué un peu de guitare sans jamais vraiment me dire que j’allais commencer un instrument.

Comment as-tu compris quel type de musique était fait pour toi ?

Je pense qu’il y a toujours eu une base commune. Depuis que j’ai quinze ans, j’écoute plus ou moins la même musique… Ça s’est précisé avec les années. Par exemple, mon passage avec La Femme m’a vraiment fait reconsidérer le français alors que je ne me sentais pas forcément prédestinée à chanter dans cette langue.

Quel est ton processus de création de chansons ? 

Tout vient en même temps. Ça m’est déjà arrivé de n’avoir qu’une mélodie sans paroles et c’était compliqué d’en trouver par la suite. J’en fais beaucoup, j’en jette beaucoup mais parfois, un petit miracle se passe. La chanson me plait et je la garde.

Ton univers s’exprime également à travers tes dessins. Il y a un lien flagrant entre ceux-ci et tes chansons. D’où vient ton inspiration ? 

Peut-être… Si je ne devais citer qu’une seule personne, ce serait Egon Schiele. Il a quelque chose de tourmenté et à fleur de peau que j’adore. Depuis toujours, c’est important pour moi de faire un peu tout, même mal. Dessiner fait partie des choses que j’aime faire parce que je trouve ça très curatif. Pour mon écriture, elle est encore assez auto-centrée. Je n’arrive vraiment pas à écrire sur d’autres choses que ma vie même s’il m’arrive de faire intervenir de petits personnages qui viennent de mon imaginaire.

18121167_646874382175666_4024175127980554343_o
©Page Facebook de Clara Luciani

Quelles oeuvres t’ont marqué ?

Ce serait plutôt des gens. Je trouve que tout le travail d’Otto Dix est très beau. J’aime ce qui représente une hyper sensibilité avec Francis Bacon et ses oeuvres torturées, déformées ou encore Egon Schiele, comme je le disais, avec ses corps maladifs et les os qui sortent… En terme de littérature, j’ai lu beaucoup d’auteurs du 19ème siècle et tout à coup, je me suis retrouvée à tomber sur un ovni en lisant Marguerite Duras. J’ai découvert qu’il y avait une autre écriture possible, beaucoup plus sensorielle et sensible. C’est quelqu’un qui m’a beaucoup touché et influencé mais surtout, qui m’a donné envie d’écrire.

Qui sont tes artistes favoris ?

Mes artistes préférés de tous les temps ? C’est difficile ! Nico du Velvet Underground, PJ Harvey, Lou Reed… En ce moment, j’adore Pond. Je suis allée les voir deux fois en concert, j’écoute en boucle.

Avec qui rêverais-tu de travailler ?

Je rêverais de chanter avec Chiara Mastroianni. J’ai fait un duo avec Benjamin Biolay dans Alcaline (France2), un jour, j’aimerais beaucoup en enregistrer un. Ce sont deux belles personnes très inspirantes que j’ai rencontrées cette année, je les adore tous les deux. Sinon, j’aurais bien aimé faire un trio avec Nico et Debbie Harry ! (rires)

Sur ton premier EP « Monstre d’Amour », l’ambiance est assez sombre et mélancolique. Vas-tu conserver cet esprit pour ton album à venir ?

Je vois l’EP comme une sorte de cicatrice. Ce sont des choses qui marquent un moment qui s’est passé dans la douleur et le chagrin que j’avais envie de conserver telles quelles. L’album sera plutôt naturellement une suite de l’EP disant : « voilà j’ai souffert, maintenant je suis guérie, je reprends des forces ». Ça ne veut pas dire que je suis tous les jours heureuse. Bien-sûr, il y a des chansons qui sont un peu dark aussi mais j’ai l’impression que l’on va sortir une espèce d’ouverture, quelque chose d’un peu plus solaire. Je crois, j’espère.


 

 

Merci mille fois à Clara Luciani pour sa bienveillance et sa naturelle élégance.

Merci également à son attaché de presse pour sa gentillesse.

Suivez Clara Luciani sur :

18839732_662654760597628_3704381749873254788_o

Image à la Une : ©Claudia Revidat

Par Nina Uzan

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s