Interview avec Eddy de Pretto : « J’essaie d’être assez frontal »

En juillet dernier, nous avons eu la chance de rencontrer Eddy de Pretto lors du Fnac Live festival. Jeune artiste émergent de la nouvelle scène française, il a depuis sorti son premier EP « KID », intense et brillant.

Comment en es-tu arrivé à faire de la musique ?

J’ai commencé dans une MJC (maison des jeunes et de la culture) à côté de chez moi, à Créteil. Ma mère m’a inscrit au théâtre et il y a tout de suite eu un lien avec le fait de se produire sur scène, de pouvoir jouer un personnage… Ça m’a toujours excité. Cela m’a plu et j’ai donc eu envie de continuer à chercher. Au début par le théâtre, j’ai fait pas mal de spectacles. Ensuite, j’avais aussi la capacité de pouvoir chanter assez facilement. Je m’entrainais avec ma voisine puis un jour, je me suis dit : pourquoi ne pas emprunter cette voie là qui me plait. Je peux me produire et dire en même temps ce dont j’ai envie. Surtout dire ce dont j’ai envie.

As-tu immédiatement trouvé ton identité musicale ?

Non, ce sont forcément des choses qui se construisent et se forgent. Au début, c’est toujours un peu maladroit, improvisé ou déconstruit, puis c’est à toi de prendre les bons éléments pour ensuite concevoir une pyramide avec de bonnes bases.

De quelle façon crées-tu tes chansons ?

J’ai une méthode encore assez figée. J’ai besoin d’être à un endroit précis avec mes petites habitudes pour me sentir bien là où j’ai envie de composer. Ensuite, cela vient ou non, c’est l’inspiration.

D’autres formes d’arts t’inspirent-elles ?

Je suis très curieux. Je vais voir pas mal de choses, de films divers, d’expositions… Forcément cela suscite quelque chose en toi, surtout inconsciemment. De là adviennent des questionnements, des dérangements et j’en écris des textes. Je ne pourrais pas citer une chose précise qui m’a vraiment bouleversé, c’est un global qui fait la totalité de mes écrits.

Quelles sont tes influences musicales ?

Je dirais qu’il y a trois grandes familles. La chanson française avec Claude Nougaro, Jacques Brel… Le rap français avec Booba, Diam’s et puis Franck Ocean, ce new RnB des années 2000/2010 avec ces mélodies assez pertinentes.

Tes chansons du moment ?

En ce moment, j’écoute le premier album de Juliette Armanet « Petite Amie » et l’album de Damso, « Ipséité ».

Qu’as-tu envie de partager lorsque tu t’exprimes devant un public ?

J’essaie d’être assez frontal, solide, et de représenter une hargne. Une remontée non destructible de ma motivation en étant le plus droit et sans fioritures possibles vis à vis du public. Sans barrières, sans filtres. J’essaie vraiment d’être cela et ça me plait beaucoup. À partir de là, j’espère que les émotions, sans filtre, puissent s’échanger et se mélanger convenablement.


Merci infiniment à Eddy de Pretto pour sa disponibilité et sa gentillesse lors de cette interview. Longue vie à ses solides chansons.

20992729_10154982414131733_3199937993967672592_n

Suivre Eddy de Pretto :

Facebook

Instagram

©Image à la Une : Facebook Eddy de Pretto

Par Nina Uzan

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s